Penser autrement : l’usage de la carte mentale en classe de FLE

10 de enero de 2017
5
Penser autrement : l’usage de la carte mentale en classe de FLE

Carte heuristique ou Mind mapping ? Pourquoi pas carte mentale ? Quelle que soit l’appellation qu’on décide d’employer, il s’agit d’un concept qui nous est familier, bien que pas toujours facile à expliquer, mais finalement plus facile à mettre en pratique qu’on ne le pense.

La carte heuristique est un schéma qu’on a l’habitude de qualifier d’arborescent, tout simplement parce qu’il adopte la forme d’un arbre. Il permet d’articuler et de regrouper des idées autour d’un même sujet. L’intérêt de cette structure est qu’elle n’est pas linéaire. En effet, traditionnellement l’apprentissage est un processus rectiligne : on expose, on apprend, on retient une information après l’autre et on la restitue lors de l’examen. Cette reformulation suivra bien souvent un ordre hiérarchique ou de priorité. La carte permet une approche plus générale de l’information, on accède à l’ensemble de l’information d’un seul coup d’œil. Elle permet de prendre de la distance vis-à-vis de l’information.

Selon Tony Buzan*, elle est biocompatible, c’est-à-dire qu’elle permet d’organiser l’information intuitivement, de façon plus naturelle. Le cerveau est, en effet, un ensemble de connexions, et la cartographie du cerveau ressemble belle et bien à un carte mentale. En faisant usage de la carte mentale on mobiliserait toutes les facultés du cerveau. La carte mentale nous aiderait ainsi à « mieux » penser, de façon plus efficace et créative.

untitled-2

Pourquoi changer ses habitudes ?

 

Le concept de la carte heuristique n’est pas nouveau, son émergence dans le domaine de l’éducation est récente mais il s’agit d’une méthode ancienne. Einstein et Aristote réalisaient déjà des dessins à caractère arborescent pour expliquer leurs théories. L’usage de la carte mentale est bien plus intuitif qu’on ne pourrait le penser.

 

Méthodologie de prise de notes et de mémorisation

 

La carte mentale est un organisateur d’idées qui facilite l’apprentissage. Elle permet de s’approprier l’information. L’utilisation des couleurs, des pictogrammes, des mots-clés favorise la mémorisation. La spatialisation des idées est utile à une mémorisation de qualité.

 

Créativité et plaisir

 

Faire appel aux compétences de création, d’improvisation de nos apprenants est sans nul doute source de motivation. Ils se confrontent à un exercice qui laisse place à l’originalité et découvrent une nouvelle solution face à la problématique des devoirs, des révisons, de la mémorisation du lexique, etc. Peu importe la qualité esthétique des cartes que vont réaliser vos élèves, l’important est qu’ils la réalisent eux-mêmes, ils construisent leur propre version de l’information. Proposons-leur de remplacer les traditionnelles fiches de révisons par une carte mentale !

 

Aller à l’essentiel

 

Dessiner une carte mentale suppose un exercice de synthétisation, elle permet également de relier des éléments entre eux. Elle favorise une approche transversale et peut faciliter la compréhension de thèmes complexes comme le sont la grammaire ou la conjugaison. Proposez à vos élèves d’utiliser une carte mentale pour leurs exposés. Elle leur servira de pense-bête pour ne rien oublier et les obligera à formuler des phrases en français en se basant sur les mots-clés de la carte !

imagen-mapa-mental

Comment lire une carte heuristique ?

 

La réalisation de la carte mentale reste, à mon avis, un exercice très personnel : « on fait une carte pour soi » pas pour les autres. La lecture d’une carte mentale semble toujours à première vue souvent assez difficile : beaucoup d’informations dans un espace réduit. La carte est faite pour être faite, pas pour être lue.

La carte heuristique en classe de FLE

 

L’utilisation de la carte heuristique en classe de FLE

 

À quel âge peut-on commencer à introduire le Map mapping en classe de FLE ? Montrez une carte mentale à un enfant de 5 ans et invitez-le à faire à son tour un « desssin » pour décrire sa maison. Vous serez surpris de voir qu’il construira intuitivement une carte sur le modèle de celle que vous lui avez montrée en demandant très peu d’explications.

En primaire, les élèves peuvent réaliser eux-mêmes des cartes heuristiques, c’est l’idéal pour la mémorisation du vocabulaire (Cœur : la maison / Branches : la cuisine, la chambre, etc. / sous-branches : la table, la chaise, le lit, etc.). Il s’agit également d’un bon outil pour se présenter (Cœur : nom de l’élève / description physique / j’habite / j’aime / je n’aime pas). Au secondaire ils peuvent s’en servir pour réviser, apprendre le vocabulaire, comprendre une chanson, un audio, un texte, pour préparer leurs exposés, etc. Pour faciliter le premier contact avec le Map mapping, on peut imaginer de proposer des cartes incomplètes aux élèves, qu’ils devront compléter. Il existe des logiciels et des applications simples et gratuites à utiliser qui permettent de proposer un « squelette » de la carte aux apprenants. Découvrez un bel exemple de l’utilisation des cartes heuristique en classe sur le blog de Vanessa Bize, enseignante de FLE à l’IES Alamo, Oviedo (Asturias).

 

La carte heuristique, usage quotidien

 

L’éducation n’a pas le monopole de la carte heuristique. Il s’agit d’un outil que vous pouvez utiliser au quotidien : pour la prise de notes lors de vos réunions de département, pour la liste des courses. Elle est même désormais utilisée comme Curriculum Vitae !

Mode d’emploi :

  • Une feuille en orientation paysage : une carte mentale est toujours susceptible d’être complétée, si vous la dessinez à l’horizontale, elle aura plus d’espace pour grandir !
  • Le cœur de la carte : le cœur de la carte mentale, souvent dessiné sous forme de nuage, en contient le sujet. C’est parfois après avoir réalisé la carte qu’on comprend de quoi on voulait parler et qu’on lui donne un titre !
  • Les branches : les branches se déploient autour du cœur et portent les thèmes principaux de la carte. À chaque nouvelle idée on attribuera une nouvelle branche.
  • Les mots : ils résument les idées. Ce sont des mots-clés, posés sur la branche, ils sont là pour synthétiser l’information. Fini les longues phrases complexes, place à la simplicité et à la clarté !
  • Les couleurs : donner des couleurs à la carte mentale, cela la rendra plus visuelle et facilitera sa mémorisation ! (utilisez de préférence une couleur par branche).
  • Les pictogrammes : l’usage d’images ou pictogrammes renforcera l’idée et en facilitera l’assimilation.

 

 

* Tony Buzan est un psychologue anglais. Ces recherches portent principalement sur l’apprentissage, la mémoire et le cerveau. Il est l’inventeur du Mind mapping.

 

Stephanie Sochas: Conseillère Pédagogique FLE

5 Comentarios

(SM no se hace responsable de los comentarios realizados por los usuarios).

Déjanos tu comentario

Rellena el siguiente formulario si quieres dejarnos tus comentarios. Es necesario rellenar todos los campos del formulario. Debes aceptar la política de privacidad antes de publicar. Todos los comentarios serán moderados y podrán ser eliminados si no cumplen las condiciones de publicación.

*:

*: